Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 19:16

Notre petite Julie est née le 9/08. Un petit bout de 3,720 kg pour 51 cm. Pour l'instant tout se passe bien même si les nuits sont un peu agitées.
Nous sommes rentrées hier à la maison.
Sa grande sœur est partagée entre la joie d'avoir une poupée vivante qu'elle peut prendre sur ses genoux et la jalousie de devoir partager son papa et sa maman.

Pour l'instant l'allaitement se passe bien pourvu que cela dure!

C'est fou ce qu'elles se ressemblent toutes les deux même si Julie, avec ses 500 g de plus a de bonnes joues.

L'accouchement s'est très bien passé. Un accouchement naturel, sans forceps, sans épisiotomie. J'ai pu aller chercher ma fille et avoir un peau à peau ce qui m'avait manqué pour la grande.

C'est juste incroyable cette petite qui arrive!!!
Mes filles, mes miracles.
Ne lâchez rien les filles tout peut arriver!

Elle est née!!!
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 18:35

Cela fait bien longtemps que je ne suis pas venue ici. Le temps passe tellement vite!

Ma fille va bien. Elle grandit à une vitesse impressionnante. Elle aura 2 ans le 23. Deux ans! J'ai l'impression que c'était hier qu'elle poussait son premier cri.

Je repense souvent à ses débuts, à nos débuts en tant que parents. Que de chemin parcouru depuis ce 23/06/2014. Elle a beaucoup appris depuis et nous aussi.


Ca n'a pas toujours été simple mais ça a été si magique.

Elle m'impressionne énormément. Je suppose que beaucoup de parents disent ça de leur rejeton mais c'est vrai. Elle apprend à une vitesse!
Elle commence à bien parler et à faire des phrases même si parfois c'est juste compréhensible par moi.

Elle veut toujours plus d'autonomie. Elle essaie de s'habiller seule et y arrive pour le pantalon, elle ne veut plus de chaise haute. Elle a une soif d'apprendre donc j'essaie de tout lui montrer.
Par contre, niveau propreté elle refuse le pot alors qu'elle sait très bien ce que c'est...


Ca se passe bien à la crèche même si elle est parfois en retrait et refuse de participer à certaines activités comme les jeux d'eau. Elle aime parfois rester dans son coin ce qui m'inquiète un peu mais après tout nous aussi on a parfois besoin d'isolement.


Depuis novembre dernier elle est un peu dans le terrible two. Elle a beaucoup testé mais cela fait deux mois que nous avons une accalmie pourvu que ça dure.
Je ne sais pas si c'est le terrible two ou parce que je suis enceinte parce que ça coïncide. Peut-être l'avait-elle senti avant de le savoir.

Il est vrai qu'au début de ma grossesse j'ai eu un léger décollement et c'est son père qui a pris le relais. Je lui donnais beaucoup d'attention et tout à coup beaucoup moins. Je pense qu'elle n'a pas très bien compris. Par la suite, la fatigue aidant j'étais moins disponible donc dur pour elle.


Depuis je lui ai beaucoup expliqué les choses et je me rends compte qu'en fait elle comprend tout et est très compréhensive. On s'est rapproché de nouveau et elle ne semble plus trop en souffrir même si elle régresse un peu elle veut que je lui donne à manger parfois.


Elle adore venir toucher mon ventre et dire bébé même si elle retire sa main dès que ça bouge.

Je me demande comment elle va réagir en voyant sa petite soeur.


Et oui c'est une deuxième Louloute! Et nous sommes très contents l'essentiel étant qu'elle soit en bonne santé.

A la dernière écho des 22SA tout allait bien. Une petite tout à fait dans les normes. L'écho des 32SA est prévue pour jeudi prochain.


En ce moment j'ai quelques soucis de col car celui-ci tient beaucoup moins le choc que pour Bérénice. J'ai un utérus contractile je le sais depuis ma précédente grossesse.


Depuis 4 mois de grossesse j'ai des contractions. Elles ont commencé à devenir douloureuses parfois et ont fait travailler mon col qui a diminué de moitié. A ma dernière visite sage-femme j'ai été arrêtée car je dois me reposer au maximum pour éviter les contractions.
Malgré ça parfois j'en ai beaucoup et ça m'angoisse. Cela fait un mois que je n'ai pas mis le nez dehors. Ma DPA est dans 8 semaines 1/2 et je serai à terme dans 4.
On ne m'a pas préconisé un repos strict ni allongée mais je préfère la jouer tranquille pour l'instant.


Je vous avouerais que c'est très dur mais je tiens bon car je sais pour qui je le fais. Je veux donner à ma petite fille les meilleures chances et pour çà elle doit rester au chaud.


Pour Bérénice ce fut pareil au même terme de grossesse je devais me reposer chez moi et à un moment j'ai même dû rester allongée la demi journée mais la grosse différence c'est que le col ne bougeait pas.


Ca me fait très peur dès que j'ai une contraction je stresse à l'idée que cela ait un impact sur le col. J'en saurais plus lors de l'écho.
Je suis à 32SA+3 donc plus dans la grande prématurité mais dans l'idéal j'aimerais atteindre les 37SA. C'est devenu mon Graal. Je décompte chaque jour qui me rapproche de cet objectif.
Les sage-femme ne semble pas trop alarmistes alors j'essaie de leur faire confiance.

Voilà pour les news. J'essaierais de venir plus souvent si tant est que quelqu'un me lise encore.

8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 15:06

Il y a très longtemps que je ne suis pas revenue ici.

Que s’est-il passé dans nos vies ?

J’ai repris le travail début mai. Cela n’a pas été simple après plus d’un an sans activité et je ressens encore des difficultés dans mon travail.

J’ai donc dû confier ma fille à une nounou, n’ayant pas de place en crèche, elle avait alors 10 mois.

Ce ne fût pas simple de la laisser à une inconnue même si celle-ci était vraiment très bien par ailleurs.

Les débuts pour elle ont été difficiles aussi. Mais finalement, le temps a fait son œuvre elle s’est bien adaptée.

En septembre, nous avons eu une place en crèche. La petite a eu du mal à s’adapter au début mais maintenant çà va elle aime y aller mais est aussi contente d’en repartir.

Cela a été dur pour moi aussi car notre référente parmi les 3 filles qui s’occupent de sa section n’était clairement pas faite pour faire ce métier. Difficile dans ce cas de confier ce qui nous est le plus cher à quelqu’un que l’on n’apprécie pas.

Dès le début elle m’a dit , sur un petit air moqueur, que c’était purement alimentaire et j’ai bien vite remarqué qu’elle n’agissait pas correctement avec les enfants. Elle a même été jusqu’à me dire que ma fille ne mangeait pas assez vite et que du coup çà perturbait l’organisation du service car elle en était encore, je cite : « à picorer les dernières miettes dans son assiette quand les autres étaient déjà à la sieste ».

Vous voyez un peu le genre de personne. J’en ai référé à la directrice qui a mis les choses au point avec elle et, par chance, à la fin de la semaine elle avait donné sa démission.

Après cet épisode, tout s’est très bien passé même si j’avoue qu’elle est tout le temps malade depuis septembre, elle fait son immunité il paraît…

Sinon la petite grandit bien. Elle aura 18 mois bientôt. Que le temps passe !!! On m’avait dit d’en profiter que le temps passe vite mais à ce point c’est hallucinant j’ai l’impression d’avoir survolé ces 18 mois.

Mais je vous rassure j’en ai bien profité et je ne regrette absolument pas d’avoir pris un congé parental.

Elle a fait du quatre pattes à 10 mois et elle marche depuis ses 14 mois. Elle a commencé à se lancer à 13 mois mais a été freinée par quelque chose peut-être par une chute et elle avait peur du coup il lui a fallu 1 mois de plus pour prendre confiance.

Maintenant elle crapahute, elle court, elle grimpe partout (crèche oblige). Il faut bien reconnaître qu’elle a fait beaucoup de progrès à tous les niveaux depuis qu’elle est à la crèche. Elle sociabilise aussi car c’est une petite fille assez timide.

Elle commence à parler tout doucement. Elle dit des mots que l’on comprend et d’autres que l’on devine. Je vous rassure elle ne tient pas encore de discours mais çà ne saurait tarder.

Elle adore jouer à la poupée et ce depuis très tôt. A un an elle donnait déjà le biberon à sa poupée. C’est marrant comme l’instinct maternel se développe tôt. Je ne pensait pas que c’était si précoce.

Elle commence aussi à affirmer son caractère et, d’une petite fille douce et sage, elle peut vite passer à une fillette coléreuse. Mais bon c’est un mauvais moment à passer le tout est de ne pas céder.

Voilà pour les nouvelles concernant ma fille.

Sinon, comme je vous en avais parlé lors de mon prochain poste nous désirons avoir un deuxième enfant.

Nous avons donc pris rendez-vous en septembre avec Number 4. Suite à cette visite, il nous a donné à chacun des sérologies à faire et m’a prescrit un traitement pour un TEC puisqu’il nous restait 2 embryons congelés.

Lors du rendez-vous, il m’a demandé combien on voulait en replacer. A vrai dire, nous ne nous étions pas posé la question car on m’en a toujours transféré 2.

Number 4 m’a dit que normalement on en transférait un seul pour un deuxième mais que si on voulait on pouvait nous transférer les 2.

Après réflexion, on a décidé de n’en transférer qu’un car on ne se voyait pas avec des jumeaux en deuxième position.

Suite à ce rendez-vous, nous avons pris un peu de temps pour commencer le traitement. Je devais attendre le moment d’être vraiment prête, j’avais de vives douleurs au dos donc j’ai préféré mettre en stand by notre projet pour me retaper. J’ai fait un régime et perdu 12 kg.

Et puis, finalement, à force de baver sur les nouveaux-nés que je croisais, j’ai décidé de commencer le traitement.

Mes règles sont arrivées le 3 novembre et j’ai commencé le traitement le lendemain.

2 comprimés de Provames le matin et 2 le soir. J’ai fait une prise de sang et une écho le 17 novembre. La secrétaire de Number 4 m’a dit que je pouvais commencer le Progestan à raison de 2 ovules le matin et 2 ovules le soir dès le lendemain et elle m’a donné rendez-vous à la clinique le 21 novembre.

La clinique nous a donné rendez-vous à 8h le 21 pour le transfert. Sans personne pour garder la petite nous avons dû la lever aux aurores pour partir.

Finalement le transfert s’est bien passé, un Number 4 très sérieux comme d’habitude, un embryon qui a bien supporté la décongélation.

Puis a commencé la longue attente. Nous étions partagés entre y croire et puis se dire qu’avec un seul embryon il paraissait peu probable que cela fonctionne mais en même temps on avait envie de lui laisser sa chance à ce petit.

Je dois dire que j’ai été relativement zen. Le lendemain du transfert nous sommes allés à Disney. J’ai porté ma fille, j’ai vécu normalement, j’ai bossé. Bref je n’ai pas eu du tout le comportement que j’avais auparavant.

Et pourtant, pourtant, lors de la prise de sang à J15 DPO, nous avons vu apparaître un beau taux de 299 UI/ml !!!!!!!

Incroyable ! Nous n’en sommes toujours pas revenu je crois et pourtant, la deuxième prise de sang à J19 DPO affichait un taux à 2 591 UI/ml, le taux a plus que doublé il a quadruplé.

Je dois faire une nouvelle prise de sang lundi prochain et une écho le 21/12.

Je n’arrive pas encore à très bien réaliser.

Nous nous réjouissons beaucoup même si nous savons aussi que c’est un bonheur fragile. Nous essayons de profiter. Je n’ai pas envie d’être aussi stressée que la grossesse précédente j’ai envie d’être zen.

10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 16:13

Cela fait bien longtemps que je ne suis pas venue ici. Il faut dire que je me suis cassé la tête de l'humérus juste après Noël donc cela était compliqué pour moi ces derniers temps. Et comme je ne fais rien à moitié c'est le bras droit alors que je suis droitière...

Le plus dur a été de ne pas pouvoir m'occuper de ma Louloute pendant 3 bonnes semaines. Maintenant, même s'il me reste beaucoup de rééducation, je peux m'en occuper seule pour mon plus grand plaisir.
Comment gâcher son congé parental?


La Louloute va bien. Elle a maintenant 7 mois. Elle commence à se tenir assise seule. Elle a 2 dents. Elle dit maman et baba (est-ce papa?). Elle sait se mettre sur le ventre et se retourner et commence à essayer de ramper mais n'y arrive pas encore.

Contrairement à ce qu'on m'avait dit durant toute ma grossesse parce que j'étais trop stressée, c'est une petite fille très calme. Elle ne pleure quasiment jamais. Elle sourit tout le temps et est très sociable.


Chéri n'aime toujours pas pouponner mais je vois qu'il commence à apprécier certains moments comme lui donner ses purées.
Par contre, il aime lui lire des histoires le soir et il aime jouer avec elle et commence déjà à lui montrer des bêtises...

Voir son regard s'illuminer lorsqu'elle aperçoit son père le soir rentrer du boulot me rassure et je me dis que, même s'il s'en occupe beaucoup moins que moi, l'essentiel est qu'ils aient leurs moments de complicité qui les rapprochent et crée ce lien père-fille.


Fin mars, nous partons en vacances en Bretagne pour une semaine. Premières vacances tous les trois. On n'appréhende un peu de savoir comment ça va se passer mais elle est tellement sage qu'il n'y a pas de raison que ça se passe mal.


En ce moment, je suis en pleine prospection d'une crèche ou d'une nounou mais cela n'est pas évident. Il me reste encore un peu de temps car je reprends le travail début mai mais cela va vite venir. Si vous connaissez la perle rare dans le 20ème à Paris faites-moi signe.


Ceci dit, je n'ai absolument pas envie de reprendre le boulot. J'aime bien mon boulot et mes collègues et j'avoue que la solitude me pèse parfois mais j'apprécie tellement d'élever ma fille, de la voir grandir et évoluer chaque jour.

Pendant des années, j'ai espéré, j'ai rêvé ce moment, j'ai pensé ne jamais connaître ce bonheur un jour. Et maintenant que j'ai cette chance, cela me fend le cœur de devoir confier ce rôle à quelqu'un et qui plus est à une inconnue.
Qui eut crû que j'apprécierais ce rôle de mère au foyer.

Et pourtant rien ne me plait autant.


En ce moment, on commence à parler d'un 2ème.

J'ai 35 ans donc si on veut avoir une chance il ne faut pas qu'on attende trop.
On a décidé de prendre rdv avec Number 4 vers mai, juin. Il nous reste 2 embryons congelés. Je n'y crois pas trop mais sait-on jamais.

Le temps de faire les examens complémentaires cela nous mènera à septembre en décomptant les vacances, ça sonne bien septembre. A moins que d'ici là un bébé surprise pointe le bout de son nez. Peu probable mais qui sait...


Voilà pour les news.









6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 15:15

Je prends enfin un peu de temps pour venir vous raconter tout ce qui se passe avec mon petit bout.

Depuis sa naissance notre vie a complètement changée.

C'est un immense bonheur d'avoir un enfant encore plus que ce que j'avais pu imaginer même si cela n'est pas toujours facile...

Au début, on se pose beaucoup de questions surtout quand, comme moi, on n'a jamais eu d'enfant. Quand on me l'a mise dans les bras au début j'avais un peu de mal, je ne savais pas trop comment la tenir, lui changer sa couche, lui donner le bain, savoir ce qu'elle avait quand elle pleurait.

Petit à petit, j'ai appris à « gérer tout çà ».

J'ai commencé par lui donner le sein. Ça a toujours été un désir pour moi d'allaiter mon enfant. Je savais que çà pouvait être compliqué mais j'avais un peu minimisé la difficulté. En fait, je m'étais toujours demandé pendant la grossesse si mes tétons ne seraient pas trop petits pour allaiter mais sans trop oser en parler aux médecins.

Finalement, j'avais effectivement de petits tétons surtout un. Du coup, l'allaitement n'a pas été simple ce qui est dommage car, à priori, j'avais beaucoup de colostrum.

A la maternité, à chaque tétée, j'étais obligée d'appeler une puéricultrice car je n'y arrivais pas. C'était d'autant plus dur que le colostrum, même si j'en avais beaucoup, n'est pas produit en grosse quantité.

Bref, à chaque fois c'était la galère. Je devais mettre des bouts de seins en silicone pour que le bébé puisse boire correctement. La petite s'endormait sans arrêt au sein et il était très dur de la réveiller...

La seule fois où je n'ai pas appelé de puéricultrice la petite est restée 5h sans manger et la puéricultrice a insinué que j'étais une mauvaise mère et a fait une dextro à la petite par peur de l'hypoglycémie. Finalement tout était normal mais çà a de quoi vous dégouter de l'allaitement...

J'ai l'impression qu'en France les professionnels de santé ne sont pas en règle général pro allaitement ce qui est dommage car c'est le mieux pour l'enfant. On est parfois un peu démuni face à tout çà et la tentation d'arrêter est grande.

Au bout d'une semaine, je vais à la PMI et la petite avait très légèrement maigri. Ils m'ont donc conseillé de compléter le lait maternel par des biberons. Ce que j'ai fait car je ne voulais pas affamé mon enfant...

En fait , vu que j'utilisais des bouts de seins, le sein n'était pas stimulé comme il faut à priori et du coup j'avais moins de lait.

Très vite elle a commencé à mal dormir, à beaucoup pleurer. D'une enfant calme elle est devenue agitée. La pédiatre m'a dit qu'elle faisait des reflux gastriques. Elle avait beaucoup plus de reflux avec le biberon qu'avec le sein. J'ai loué une tireuse mais je n'arrivais pas du tout à récupérer de lait alors que le sein était plein rapport à priori à mes petits tétons (d'ailleurs une conseillère en allaitement m'a dit qu'en fait si j'avais un autre enfant il est possible de traiter le problème en étirant le sein tous les jours à partir du 7ème mois de grossesse ce qui est bon à savoir).

C'est très difficile de voir son enfant mal. Finalement, la pédiatre lui a prescrit des médicaments anti ulcéreux pour réduire l'acidité gastrique. La dose était trop forte (dixit le pharmacien) du coup j'avais peur de lui donner mais je la voyais tellement souffrir que j'ai fini par lui donner une demi dose. Ça lui a été très bénéfique.

Elle avait tellement de reflux que cela lui a créé un stridor c'est le clapet qui se ramollit je crois et cela donne un bruit de chant de coq quand elle pleure. C'est assez impressionnant.

Aujourd’hui, elle prend encore ses cachets. Cela devrait se calmer une fois qu'elle mangera assise selon la pédiatre. On verra.

Elle a commencé à faire des petites nuits de temps en temps à partir de 5 semaines mais ce n'était pas régulier.

Depuis environ 3 semaines elle commence à faire de bonnes grosses nuits du style 20h-7h et çà fait du bien pourvu que çà dure. Bon il y a parfois des loupés je vous rassure.

J'ai arrêté de l'allaiter depuis 3 semaines elle avait un peu plus de 2 mois et demi. Un jour elle n'a plus voulu le sein et moi je n'avais plus trop envie de lui donner. Cela s'est donc fait naturellement pour toutes les deux sans tristesse pour l'une ou l'autre.

Comment est ma fille. Elle est super (et je dis çà en toute objectivité).

Elle pleure finalement peu. Elle est très souriante tout le monde me le dit. Depuis quelques temps elle part d'ailleurs dans de grands éclats de rire bruyants c'est trop choupinou.

Elle dit Areu. Elle est très éveillée. Il m'a même semblé qu'elle a dit maman enfin mameu à plusieurs reprises mais je pense que c'est inconscient car je sais bien qu'elle est trop petite pour dire maman...

Il me tarde qu'elle dise maman....

Elle arrive à se tourner toute seule sur le côté.

Elle adore se promener elle rigole dès qu'on la met dans son landau.

J'ai décidé de prendre un congé parental pendant 6 mois pour en profiter je ne reprendrais donc pas le travail avant début mai. J'avais longtemps hésité mais je n'ai jamais été aussi heureuse que depuis que j'ai pris cette décision. La voir grandir est super même si parfois on se sent seule mais finalement pas si souvent que çà. Je m'occupe je me suis remise au tricot et lui confectionne des paletots pour l'hiver.

On va déménager dans un mois, elle aura enfin sa chambre je suis d'ailleurs en train de me faire plaisir à penser entièrement la déco...

En la regardant s'éveiller, je mesure tous les jours ma chance et je souhaite ce bonheur à chacune d'entre vous.

Je n'ai pas oublié mon parcours PMA. Certaines douleurs sont encore vives parfois. Mais je pense que quelque part, grâce à lui, et même si j'aurais préféré ne pas passer par là je ne suis pas maso, je prends pleinement conscience de la chance que j'ai d'avoir ce petit bout dans les bras et cela me fait apprécier chaque moment à sa juste valeur et m'empêche d'être trop aigrie quand je suis très fatiguée (car elle m'épuise aussi parfois).

Je suis en plein dans la rééducation périnéale en ce moment (quelle joie !!!) mais pourtant elle est nécessaire...

J'ai décidé de ne pas reprendre de mode de contraception. Il y a très peu de chance que je tombe enceinte naturellement et, si c'était le cas nous en serions très heureux même si cela serait un peu tôt. Alors,maintenant, je me surprends à surveiller mon ovulation pour ne pas tomber enceinte quelle ironie du sort...

Le papa n'est pas très présent quant à lui... Il n'a pas pu avoir l'intégralité de son congé paternité, il bosse beaucoup et, quand il est à la maison n'aime pas trop s'occuper de sa fille, il s'est rendu compte qu'il n'aime pas pouponner . Cela me vaut beaucoup de coup de gueule car le voir jouer aux jeux vidéo plutôt que de s'occuper de sa fille me rend triste. Même sa mère a piqué un coup de gueule cet été quand on était chez elle.

Il n'est absolument pas le genre de père que j'aurais voulu pour ma fille, que je l'imaginais être pour elle. Peut-être va-t-il changer à mesure qu'elle grandira, peut-être est-ce juste le stade bébé qu'il n'aime pas. Je le souhaite de tout cœur car elle mérite d'avoir un père aimant surtout après avoir été tant désirée...

6 octobre 2014 1 06 /10 /octobre /2014 14:09

Samedi 21/06 : je me couche vers 23h après une partie de Carcassonne. Je commence à avoir des contractions plus douloureuses que d’habitude. Je calcule elles sont toutes les 10 min. Je décide de dormir et de voir comment cela évolue mais je n’arrive pas à trouver le sommeil.

Dimanche 22/06 : vers 3h les contractions se rapprochent et surviennent toutes les 5 min. Je commence à me dire que c’est le début du travail d’autant qu’elles sont régulières. Je décide d’attendre 1h et, si cela se confirme, de réveiller chéri. 1h plus tard je réveille chéri. On décide d’aller à la maternité. Je prends une douche car je me sens toute poisseuse.

Une demi heure plus tard, on arrive à la maternité. On est accueilli par le personnel des urgences. Après un toucher, il s’avère que mon col est ouvert à 2 et demi donc à peine plus que la dernière fois que je suis allée à l’hôpital et est un peu raccourci. Le monitoring montre des contractions de faible intensité et peu régulières. La sage-femme me dit que je ne suis pas sur le point d’accoucher. En me relevant je me rend compte que je saigne. Elle me dit de rentrer chez moi. Je suis un peu stressée car j’habite à une demi heure de la maternité sans bouchons. Je lui fais part de mon stress. Il est 6 ou 7h du matin et elle me dit d’aller faire un tour que cela peut faire mâturer le col et de revenir dans une heure.

On va se promener dans l’hôpital car dehors c’est en pente et je m’aperçois vite qu’avec les contractions pas moyen de grimper. On va faire un tour sur la terrasse de l’hôpital observer la ville endormie. Dans l’hôpital c’est le désert aussi.

On discute avec chéri. On prend quelques photos de mon ventre car on se dit que c’est sans doute pour aujourd’hui. On a tellement hâte de la rencontrer…

Je me sens nauséeuse, l’angoisse sans doute. Je bois un chocolat chaud.

Au bout d’une heure, on va faire le contrôle. La sage-femme dit que le col a légèrement bougé. Je ne vais pas accoucher de suite. Elle me dit de rentrer chez moi me reposer et que si les contractions se rapprochent je serais peut-être amenée à revenir dans la journée. En me levant de la table d’auscultation, je m’aperçois qu’il y a un peu de liquide mêlé de sang. La sage-femme me dit que cela doit être du sang et de la vaseline et non pas la poche des eaux. J’angoisse quand même car je suis porteuse du streptocoque B.

On rentre vers 10h. J’ai faim. Sur le chemin, on s’achète des pains au chocolat. On rentre à la maison et je m’allonge. J’ai toujours des contractions.

Je télécharge une application sur mon téléphone pour les mesurer. Elles sont rapprochées, cela m’inquiète. Je prends une douche. Je sais que ma mère et ma sœur ont accouché rapidement et que c’est plus ou moins héréditaire donc j’angoisse.

Vers 16h, elles sont plus fréquentes (toutes les 5 min), plus longues et plus douloureuses. Chéri me presse pour retourner à la maternité. Je reprend une douche et me change.

Arrivés à la maternité, nouveau toucher. Le col s’est peu modifié. Il n’est toujours pas à 3, taille à laquelle ils me garderaient. En me levant de la table, du liquide encore cette fois-ci. La sage-femme me réausculte et me dit qu’il s’agit peut-être d’une fissure de la poche des eaux mais n’en est pas sûre car l’eau est mêlée de sang donc impossible de faire le test.

Je fais un monito. Les contractions sont plus fortes et plus régulières.

La sage-femme décide de m’installer en salle de pré-travail. On me branche un monito. J’ai un écran où je peux suivre les monito de toutes les femmes en salle de pré-travail et d’accouchement. Très bizarre mais çà occupe.

On me donne des antibio pour le strepto B.

J’ai des contractions fortes mais cela ne me fait finalement pas si mal que çà. Je me dis que je ne vais peut-être pas prendre la péridurale. Je demande conseil à une infirmière. Elle a connu l’accouchement avec et sans et me la conseille vivement.

On m’apporte un repas. Chéri est parti manger un bout au Mc Do. Je suis fatiguée, je n’ai quasi pas dormi de la nuit.

Vers 22h je pense, la sage-femme me dit que vu le strepto B (ils m’ont fait un prélèvement et ont trouvé un germe sans pouvoir l'identifier de suite mais ayant la forme du strepto B) et la possible fissure de la poche des eaux, ils vont m’accoucher dans la soirée. Soit le col est assez mûr et ils me déclenchent, soit ils me donnent un suppo pour mâturer le col. Elle pense qu’il faut un suppo. Finalement l’interne décide que non on va déclencher.

On m’installe en salle de travail. Une immense salle. Çà fait bizarre de se dire que dans quelques heures je tiendrai ma petite fille dans les bras.

Je ne réalise pas encore.

On m’installe les perf de déclenchement et d’antibio pour le strepto B.

La sage-femme refait un toucher et me dit qu’il faudra sans doute au moins 7h pour avoir une dilatation complète. Très vite, je commence à avoir de vives douleurs, pire que tout ce que j’aurais pu imaginer.

Je demande la péridurale mais l’anesthésiste tarde à arriver. Chéri, comme à son habitude, est détendu, il bouquine.

L’anesthésiste arrive. Elle me pose la péridurale et me dit que dans 15 à 20 min çà ira mieux. Sauf que ce ne sera pas le cas. Je souffre toujours le martyre 30 min plus tard. Toute la douleur s’est concentrée du côté gauche la péridurale n’a marché que du côté droit.

Je sonne. L’infirmière allonge le lit mais cela ne sert à rien.

Je rappelle. On bipe l’anesthésiste. Son collègue arrive. A priori, la péridurale a été mal posée. Il me demande où en est mon col. Je lui dis que 2h plus tôt il était à 3 et que la sage-femme m’a dit qu’il mettrait 7h environ à s’ouvrir complètement. J’ai mal. Il me mets beaucoup, beaucoup de produit…

Quelques minutes plus tard, la sage-femme arrive et contre toute attente me dit que j’ai bien travaillé, la dilatation est complète.

Je commence à avoir moins mal. Elle me demande si j’ai envie de pousser et non. On essaie sans succès.

Elle me dit qu’on va attendre un peu. A un moment donné, je sens la petite donner un grand coup de pied et je sens la poche des eaux éclater. Moi qui avait toujours peur pendant la grossesse de rompre la poche des eaux car j'avais beaucoup de pertes de liquide je me sens là bien ridicule car on s'en rend bien compte quand on rompt la poche des eaux car c'est la douche...

Quelques temps plus tard, elle revient on essaie de pousser comme çà sans même installer la table mais je n’ai pas envie de pousser.

Elle revient une heure plus tard et me dit que le bébé fatigue, il va falloir y aller.

Elle installe tout et je commence à pousser. Le souci c’est que la péridurale fait maintenant effet et je ne sens ni les contractions, ni mon bas ventre donc difficile de pousser dans ces conditions…

C’est difficile je commence à désespérer et à paniquer car j’entends le cœur de la petite ralentir…

Après plusieurs essais infructueux, l’aide soignante demande s’il faut aller chercher l’interne. La sage-femme ne veut pas et réessaie. Je lui dis que je ne veux pas prendre de risques et que je veux qu’elle aille chercher l’interne.

Elle dit d’accord mais n’est pas très contente.

L’interne arrive. C’est quelqu’un de très froid. Elle me demande de pousser mais la petite qui avait été bien placée toute la grossesse a bougé et il faut la tourner, son dos est mal placé.

L’interne a du mal et appelle sa supérieur.

Tout ce personnel médical me fait tout à coup flipper d’autant que j’entends le cœur de la petite ralentir, presque s'arrêter…

Ils décident d’utiliser les forceps. Ils me demandent de pousser…

Finalement la petite progresse.

Lundi 23/06 à 1h22 : la petite sort et pousse ses premiers cris alors même que son corps n’est pas entièrement sorti. Cela surprend les médecins.

Je suis soulagée. Je pleurs et chéri aussi. On est incapable de dire un mot. On me la mets dans les bras et ma première pensée est que je ne l’imaginais pas comme çà (même si je ne l’avais pas vraiment imaginée). Bizarre cette sensation…

Je la regarde. Elle est si belle, pas du tout fripée avec plein de cheveux. On me la pose sur le torse mais très vite on l’emmène pour faire les examens usuels.

L'interne commence à tripatouiller dans mon intérieur. Je ne sais pas ce qu'elle fait, elle ne me dit pas un mot. Je crois qu'elle récolte le sang de cordon car j'ai accepté le don. Finalement je lui demande. Elle me dit qu'elle recoud les 3 points de l'épisio.

J'ai tellement envie de voir ma fille mais les infirmières tardent à me la ramener. Chéri est parti avec elle. Je pensais que lors d'un accouchement naturel le bébé restait sur la maman longtemps. Je suppose que vu le strepto B on la garde car ils lui ont fait des prélèvements dans le nez, les oreilles et ils ont fait analysé un morceau du placenta.

Le docteur vient me féliciter et me rassure sur l'état de ma fille.

Le personnel a l'air embêté. Je pense qu'une connerie a été faite et qu'on a frôlé la catastrophe...

Je n'en peux plus j'ai envie qu'on me la ramène. Je trouve çà assez difficile d'attendre sans voir mon bébé.

Finalement, une bonne heure après l'accouchement, chéri et elle arrivent. On me la met sur le torse et on lui fait prendre le sein. Je vais rester là un bon moment avec la petite en train de boire. Ensuite on vient la chercher pour lui faire sa toilette et l'habiller.

On nous monte toutes les deux dans notre chambre il doit être environ 4h30. Je peux me reposer. La petite dors tranquillement dans son lit elle aussi a bien travaillé.

24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 07:52
Bérénice

Notre petite Bérénice est née le 23 juin 2014 à 1h22. Elle pèse 3,235 kg pour 51 cm.

L'accouchement fut difficile. Je viendrai vous raconter plus tard.

Depuis, on apprivoise la vie de parents et, même si je ne dors pas beaucoup, c'est juste magnifique.

Battez-vous les filles, rien n'est plus beau que lorsqu'on vous met votre bébé dans les bras.

20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 10:59

Rien de neuf. La petite Louloute est toujours au chaud et ne semble pas avoir envie d'en sortir.
J'ai fait une visite monitoring à l'hôpital mercredi et tout était ok : tension, rythme cardiaque du bébé, urines. Le col n'a pas bougé depuis ma dernière consultation il est ouvert à un doigt sur l'extérieur, rien qui laisse présager un accouchement imminent.

La sage-femme, en touchant mon ventre, a estimé son poids à 3,3 kg mais elle m'a dit qu'elle sous-estimait toujours. Je pense que je vais pouvoir remiser mes pyjamas taille naissance...

Tout est quasi prêt pour l'accueillir et je peux vous dire qu'on a hâte. On en est à 8 jours du terme aujourd'hui.

J'ai demandé lors de ma visite au cas où le terme serait dépassé. D'après la sage-femme, aucune possibilité de déclenchement si le col reste comme ça. Seule possibilité la césarienne.
Cela me paraît assez étrange connaissant des personnes qui ont été déclenchées je sais qu'il existe des ovules pour maturer le col.

Pourvu que j'accouche avant terme car dépasser le terme me stresse énormément.

Dans mon hôpital, ils attendent que l'accouchement se déclenche seul avec suivi journalier à partir de la date du terme et possible hospitalisation après dépassement de 5 jours.

J'essaie de marcher et de faire un peu de ménage mais il paraît que cela ne sert à rien pour déclencher le travail. Seules méthodes efficaces paraît-il les rapports et les massages des seins. Pour les rapports, pas la peine d'en parler à chéri ça le bloque d'autant plus que la tête de la petite est très basse.

Ne me reste que l'espoir qu'elle aura rapidement envie de faire notre connaissance. Ce qui est sûr c'est que nous on est pressés de faire la sienne, tellement impatients que je dors assez mal en ce moment. Mais bon, en même temps, cela fait 6 ans que l'on attend donc on n'est plus à quelques jours près

9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 09:37
Alors fille ou garçon?

Première lessive faite hier (non sans un moment d'émotion comme d'hab). La couleur dominante est quand même le rose car au début des achats c'est la couleur qui m'attirait le plus.

Maintenant j'essaie de diversifier les couleurs et je me suis même surprise à ne pas acheter le tour de lit en rose...

Pour les news je suis maintenant alitée la moitié de la journée. Les contractions se sont multipliées depuis plus d'une semaine ce qui nous a valu un aller-retour aux urgences la semaine dernière. Mon col était parfait à la visite du 7ème mois et aux urgences mais depuis je ne sais pas.

La tête de la petite est déjà posée sur le col, la gynécologue l'a sentie lors du toucher. La Louloute est pressée de sortir mais si elle pouvait attendre encore 3 semaines...

Depuis je prend mon mal en patience, je m'occupe je me suis même remise au tricot. Je lui ai tricoté des chaussons et là je fais un petit gilet cache-cœur. Bon je suis un peu novice donc je ne garantis pas le rendu...

C'est un peu dur de rester allongée mais je ne me plainds pas après tout ce par quoi je suis passée pour en arriver là c'est une chance j'estime ne pas avoir le droit de me plaindre. Et puis je sais pour qui je le fais et c'est la plus grande des motivations.

29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:16

Ça y est la dernière écho de notre Louloute a été faite ce lundi. Elle va bien. Elle pèse 2,020kg ce qui est dans la norme. Elle a de grands pieds (non son prénom n'est pas Berthe). Elle se présente tête en bas donc c'est parfait. Il nous a dit qu'elle a les muscles des mollets bien développés signe qu'elle bouge pas mal.


Contrairement aux autres écho on ne l'a pas très bien vue car elle commence à être bien grande. Mais peut importe l'essentiel est qu'elle aille bien et que les mesures soient dans la norme. Je me faisais du souci depuis quelques temps car tout le monde, y compris les médecins me disaient que je n'ai pas un gros ventre par rapport au terme.

Le placenta est remonté et suffisamment pour pouvoir accoucher par les voies naturelles. J'étais vraiment très heureuse de ça d'autant que je suis allée chez ma gynéco il y a 3 semaines et il était toujours bas.

Le col est bien long donc les contractions que j'ai depuis plusieurs semaines n'ont pas eu d'effets sur lui.

Pour l'instant tout se déroule à merveille et nous en sommes les premiers étonnés, nous les poissards mais ne boudons pas notre plaisir.

Il reste maintenant moins de deux mois avant sa venue. J'ai encore bien du mal à réaliser. Et pourtant cela est bien réel. On n'a pas encore acheté grand chose et je commence un peu à m'activer car cela va vite arriver et puis elle peut arriver un peu en avance (pas trop quand même j'espère).

Ce week-end on est allée acheter le premier pyjama et un gilet. C'était si magique que j'en avais presque les larmes aux yeux, j'ai dû retenir mes larmes. Je n'aurais jamais pensé vivre ça et aller acheter un habit pour mon bébé c'était juste irréel. D'habitude j'y vais toujours pour le bébé des autres.

On a aussi revu les poussettes ce week-end. Je pensais avoir fait mon choix mais la vendeuse nous en a montré une plus légère et du coup je suis un peu perdue. Je pense malgré tout opter pour mon premier choix car celle qu'elle nous a montré est certes plus légère mais n'a pas de vrai nacelle juste un nid d'ange et je n'ai pas l'impression que ça soit aussi confortable qu'une nacelle. Le confort de mon bébé avant tout, nous on s'adaptera.

Suite à l'écho j'ai aussi commencé à passer une première commande d'habits sur internet.

A la fin de l'écho, quand la secrétaire m'a dit : "Ah mais on ne reprend pas de rendez-vous c'était votre dernière écho" j'ai réalisé qu'effectivement c'était ma dernière écho et cela m'a vraiment fait bizarre de se dire que la prochaine fois qu'on la verrait ce serait en vrai.

Je suis à la fois pressée de la rencontrer mais pas trop tôt je veux qu'elle reste le plus longtemps possible au chaud. Et à la fois j'aime être enceinte, j'aime sentir ses coups et ses étirements. Je me dis que ce sera probablement ma seule grossesse et j'ai encore envie d'en profiter longtemps.

Mais je sais aussi que ce sera tout aussi magique de l'avoir dans nos bras, de la serrer très fort et de la cajoler.

J'ai fait aussi une liste avec les choses qu'il faut acheter et je n'imaginais pas qu'il fallait autant de choses.

On n'a pas encore trouvé d'appart donc dans un premier temps on va rester dans notre 2 pièces ce sera chaud mais on va se débrouiller même si j'avoue que j'aurais aimé pouvoir préparer sa chambre.

Enfin ce sont des souhaits de riches l'essentiel est d'avoir un bébé en forme.

Je souhaite ça aussi à vous toutes qui êtes encore sur le quai. Il faut toujours y croire malgré les échecs et les déceptions.

Présentation

  • : C'est trop injuste
  • : J'ai créé ce blog afin d'expliquer mon parcours du combattant pour avoir un enfant.
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens